Astérix, Obélix et YoungCaritas à l’université d’été

Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ.

Toute la Gaule est occupée par des jeunes socialement désintéressés … Toute la Gaule? Non! Saint-Malo, un village peuplé d’irréductibles jeunes membres de YoungCaritas, résiste encore et toujours à l’exploitation de notre planète et à sa pollution.

… On dirait une nouvelle aventure d’Astérix et Obélix, non?! C’est possible, mais c’est exactement comme ça que ça s’est passé à l’université d’été YoungCaritas, dans la patrie d’Astérix et Obélix.

Fin août, des centaines de jeunes du monde entier se sont réunis dans la ville portuaire de Saint-Malo pour assister à des ateliers sur le développement durable et l’écologie. Les participants, venus de France, du Luxembourg, d’Allemagne, d’Autriche ou du Tyrol du Sud avaient un trajet relativement court pour se rendre à l’université d’été, comparé au long voyage des participants du Sénégal ou du Pérou! Cependant, quelle que soit leur origine, leur confession ou leur culture, ils avaient tous le même objectif, élaborer des thèmes sur la protection de l’environnement et la vie en harmonie avec la nature. Chacun d’entre nous s’est déjà posé les questions suivantes : « Que puis-je faire pour contribuer à la préservation de notre planète? » ou « Est-il justifiable de manger de la viande? ». L’université d’été nous a permis de trouver des réponses à toutes nos questions en lien avec l’écologie. Mais juste des discussions, ça ne suffit pas, et encore moins à Astérix et Obélix, c’est pourquoi on a aussi abordé ce sujet de manière pratique. Alors que nos héros de bandes dessinées se limitent à la chasse aux Romains, les étudiants de l’université d’été ont appris à réparer un vélo, à fabriquer eux-mêmes leurs produits de nettoyage, à teindre leurs textiles avec des teintures naturelles, à faire pousser des plantes ou à se retrouver pour faire une promenade dans la nature et ensuite méditer.

Remparts de Saint-Malo
Remparts de Saint-Malo

En plus de toutes les activités, nous avions suffisamment de temps pour explorer la ville de Saint-Malo, nous promener sur les remparts environnants et nous rendre à la plage pour plonger dans les eaux froides de l’océan Atlantique. Le soir, lorsque Obélix entame son troisième sanglier, à l’université d’été, on déballe les instruments de musique et les pas de danse. Le chapiteau de cirque, situé sur le terrain de l’université d’été, a été transformé en salle de concert, par exemple un soir, on pouvait y écouter de la musique africaine traditionnelle. Un autre soir, le programme proposait une soirée cinéma avec pop-corn. Le dernier soir a finalement été célébré avec un DJ et tout le monde a dansé. Si les participants n’étaient pas occupés à danser, ils en profitaient pour échanger avec des gens de différents pays et se faire des amis. Où aller si on est épuisé(e) et qu’on veut juste être seul(e)? Dans sa tente. Pour continuer dans l’esprit de l’écologie, les participants de l’université d’été dormaient dans des tentes, créant ainsi une petite ville remplie de gens sympathiques, de bonnes idées et de beaucoup de fun.

Si tu te demandes maintenant pourquoi tu devrais participer à la prochaine université d’été? La réponse est simple, nous vivons tous ensemble dans un petit village appelé « la Terre » et nous voulons y vivre le plus longtemps possible. Malheureusement, nous n’avons pas de potion magique comme dans Astérix et Obélix, qui nous permettrait de résoudre tous nos problèmes en une seule gorgée. Tous nos efforts sont nécessaires pour faire face aux problèmes d’aujourd’hui, tels que la pollution et l’exploitation des ressources. Les participants de l’université d’été ont fait un pas de plus dans la bonne direction.

-Avant que le ciel finisse par nous tomber sur la tête.

~Marie Therese Pauer

youngCaritas Autriche